Danse contemporaine

IMG_4518 retInventive et musicale, Angela Sofia Sterzer donne sa propre orientation à la danse contemporaine. Depuis la création de sa Cie ladansequichante en 1996, ses créations ne s’arrêtent pas aux frontières des disciplines et catégories : sa « mise en danse chantée » a renouvelé le regard sur Damia, la tragédienne de la chanson. Sa « danse sonore » fait résonner les espaces extérieurs et intérieurs avec deux cloches de vélo indiennes. « Anaïs Nin – femme miroir » témoigne de sa volonté d’élargir dans toutes ses pièces l’imaginaire de la danse contemporaine incluant, par exemple, aussi bien des danseuses que des compositeurs, des marionnettistes et des pianistes, des peintres et des costumiers, des musiciens et de la vidéo.

Avec l’accord de Pierre Boulez pour la partie Lullaby qui a été chantée par les danseurs. Remerciements à Pierre Boulez, Deutsche Grammophon, Schott music Limited, Chester Music Ltsd.

Avec l’accord de Pierre Boulez pour la partie Lullaby qui a été chantée par les danseurs.
Remerciements à Pierre Boulez, Deutsche Grammophon, Schott music Limited, Chester Music Ltsd.

« Night rose » fait résonner un tabou de la société avec la poésie et la force créatrice d’une femme. Autre atout de ses chorégraphies de danse contemporaine : sa connaissance profonde de la danse classique indienne manipuri. A Imphal, en Inde, elle a monté « L’Oiseau de feu » de Stravinsky/Boulez avec 15 danseuses indiennes dans une vision radicalement contemporaine. « Mira » est composé de mouvements manipuri sublimant une chorégraphie contemporaine en fusion avec la musique virtuose d’un Eugène Isaÿe. La création conçue comme une rencontre sans cesse renouvelée entre la liberté de la danse contemporaine et la finesse et la profondeur infinies de la danse manipuri.


 

1-Firebird Duo IMG_0939 copie« L’Oiseau de feu » d’Igor Stravinsky (2013), chorégraphie contemporaine d’Angela Sofia Sterzer pour 15 danseurs et danseuses classiques manipuri du PAL (Progressive Artiste Laboratory), Imphal, Manipur. Mot de la chorégraphe : « Il faut croire aux côtés positifs, à l’existence de cette plume magique dans sa propre vie pour affronter le mal. Le récit de L’Oiseau de feu reste très pertinent. » Cette création jette un pont culturel entre l’Europe et l’Inde. Elle fait entrer « L’Oiseau de feu » dans la culture indienne et la danse manipuri, avec ses mouvements fluides et son flux d’énergie, déploie ses ailes dans cette pièce importante de la culture occidentale.
2-Nightrose planche contact DC700I511 copie« Night rose – un an plus tard » (2010), chorégraphie contemporaine avec danse, chant, piano, poème et projection vidéo. Une recherche de mouvements oscillant entre la danse contemporaine et la danse manipuri sur une musique de George Enesco et Samuel Barber, interprétée par le pianiste Alan James Ball. Une pièce courageuse qui brise un tabou de notre époque : le traumatisme d’une fausse-couche, la douleur indicible, la vie suspendue. La danse devient alors musique et le corps instrument, laissant place à un pas de deux inhabituel entre les quatre mains de la danseuse et du pianiste sur scène.

 

 

3-Mira Presqu Ile Angela« Mira » (2006), un duo pour une danseuse et un violoniste sur la sonate n° 2 d’Eugène Ysaÿe. La pièce s’offre comme les pétales d’une rose avec des reflets de couleurs, d’états d’âme, de mouvements issus de la danse contemporaine et de la danse classique indienne manipuri. L’architecture classique indienne du Bhangi Achoaba Pareng entre en dialogue avec l’imaginaire occidental de la rose et la virtuosité de la musique d’ Eugène Ysaÿe.

 

 

4-Danse Sonore Klingeltanz 4 Photos« Danse sonore » (2006). Une traversée en Inde est à l’origine de ce concept évolutif. Inspiré par le son des timbres des rickshaws est née l’idée de « Klingeltanz » : une « danse sonore » d’une femme avec deux sonnettes indiennes pour faire résonner les mouvements du corps. La « danse sonore » est une création de danse conçue dès l’origine pour être écoutée. Elle n’est pas seulement « captée » pendant un spectacle vivant, mais conçue exprès musicalement. Les sons sont composés et produits grâce aux mouvements de la danse. La chorégraphie est à la fois scénique et auditive : on entend l’espace, des images ressurgissent, les pas de danse créent une sonorité spécifique. Une musique qui peut naître uniquement des mouvements de la danse. Un nouvel univers apparaît : « Vous avez vu cette danse ? «  « Écoutez ! »

 

 

5-Danse au Parc animalier copie« Danse Manipuri au parc animalier », spectacle déambulatoire (2004). Une aventure chorégraphique et pédagogique au parc animalier de Souppes-sur-Loing dans le cadre du festival « Arts en juin », avec des élèves du Conservatoire de Corbeil-Essonnes. Des scènes chorégraphiques autour de chalis et bhangis, les mouvements de base de la danse manipuri. Des mouvements manipuri souvent inspirés des pas des animaux, interprétés sur la scène vivante du parc animalier : une composition de pas et de gestes contemporaine avec des danseurs et spectateurs déambulant au milieu des paons, des chèvres, des poules et des canards du parc.

 

 

6-Beaute and Depth Trois photos« Beauty and Depth » (2002), créée à l’occasion du premier séjour de maître Jatindra K. Singh en Europe continentale. Une expérience inédite entre la danse contemporaine et la danse classique indienne manipuri. Comme un saut au trapèze

en direction d’une autre culture, basé sur la seule confiance mutuelle. Quand la danse contemporaine rencontre la profondeur et la beauté de la culture manipuri. Un ami en Inde m’avait un jour parlé ’un poème du poète britannique John Keats : « Beauty is truth, truth beauty That is all Ye know on earth And all ye need to know ».

 

 

« Wollgras I, II, III » (2001) nous confronte avec notre désir de nature inaccompli. Explorer cette envie inextinguible de chercher des feuilles, s’asseoir sur la pelouse, grimper des arbres… un cabinet de gestes chorégraphiques sur les états naturels en plein milieu urbain. Une chorégraphie de chutes, de souffles, de corps atterrés, d’attentes, de suspensions. Un poème dansé, décliné en plusieurs chapitres : la force de la nature en milieu hostile, une chanson et un violoncelle affrontant les vagues du Pacifique, l’être humain assommé par le bruit du trafic et de la ville…

 

 

 

8-ANAIS copie

« Anaïs, femme miroir – une mise en danse chantée » (1998). Une robe en papier fait apparaître le déchirement du passé et la fragilité du présent. Une introspection lumineuse à partir du récit poétique et tragique d’Anaïs Nin. Un espace rêvé sur une musique originale composée pour piano, saxophone et chant. Une chorégraphie pour deux danseuses et deux murs-panneaux mobiles, investis par la peinture contemporaine. Un essai dansé, une œuvre de réflexion sur l’univers énigmatique de l’écrivaine combattante et féministe Anaïs Nin.

 

 

 

 

 

9-Damia« Pour Damia – une mise en danse chantée » (1996). Grand hommage dansé et chanté à Damia, la « tragédienne de la chanson » qui déclarait un  jour : « Une chanteuse ce n’est pas ce que je désirais être, une grande danseuse, oui. »
Adulée par de très grands artistes, de Piaf à Juliette Gréco et Barbara, en passant par Jean Cocteau, jusqu’à Jean Marais, Jean Eustache, Claude Chabrol, Cyril Collard et Aki Kaurismäki, personne n’avait jusqu’ici déployé son répertoire et son rêve dans la modernité de la danse contemporaine. « La mise en danse chantée », une technique où se mêlent intimement danse et chant, permet de transformer les gestes épurés de la chanteuse en une chorégraphie chantée. La robe noire et les sculptures de lumière qui avait tant inspiré les chanteuses réalistes, un décor de silhouettes peintes et des marionnettes font renaître l’époque des années 1920 à 1940 et une grande artiste intemporelle.